Un élève = un élève

A la veille des élections, l’enseignement catholique lance une campagne de sensibilisation « un élève = un élève » afin de faire respecter le principe (constitutionnel) d’égalité entre tous les élèves.

Vous n’êtes pas sans savoir que les écoles de l’enseignement libre doivent fonctionner avec 50% des moyens d’une école du réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE), tout en assurant les mêmes missions éducatives et en répondant aux mêmes obligations. En février dernier, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a par ailleurs décidé, pour les 20 prochaines années, d’octroyer au seul réseau WBE un financement de 20 millions d’euros par an au-delà de ce qui avait été prévu au(x) terme(s) des accords de la Saint-Boniface, soit 400 millions d’euros au total au cours des 20 prochaines années.  Ces accords prévoyaient que, au terme de la période transitoire, les subventions de fonctionnement de l’enseignement libre atteignent, par élève, 75% des dotations perçues par le réseau WBE. Cet objectif n’a jamais été atteint. En 2018, ces subventions s’élevaient, par élève, à peine à 50% des dotations perçues par WBE.

Pour rappel, ces subventions de fonctionnement servent à couvrir tous les frais de l’école à l’exception des salaires des enseignants : achat de matériel, d’outils pédagogiques, de manuels,… Elles servent également à payer les salaires des ouvriers, du personnel d’entretien et parfois de secrétaires.

Dans ce contexte, l’enseignement catholique demande, pour les 20 prochaines années, un financement comparable à celui consenti pour le réseau WBE et en proportion au nombre d’élèves qu’il scolarise, à savoir 66 millions d’euros par an.

Il importe que chacun se sente tout à fait libre de participer ou non à cette campagne de sensibilisation (pétition, fiches thématiques et vidéo en ligne).

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur www.uneleve.be